Le "minerval modulé"

Comme vous le savez, dans la Fédération Wallonie-Bruxelles, les internats du réseau libre catholique de l'enseignement ne sont que très peu subventionnés.  Ils reçoivent tout au plus une subvention de fonctionnement qui est loin de couvrir par exemple la totalité des frais d'entretien des bâtiments.  De surcroît, tout le personnel éducatif et la majorité du personnel d'entretien doivent être payés sur fonds propres.  Tout cela explique et justifie la nécessité d'un minerval demandé à chaque parent d'interne.

Depuis 1996, le Pouvoir Organisateur a opté pour le système du "minerval modulé", à savoir que le prix de la pension est établi sur base d'un calcul qui tient compte à la fois des revenus des parents et des personnes à charge, ce qui permet d'ouvrir le Collège à tous ceux qui partagent le même idéal d'éducation et d'enseignement, tel que nous le vivons à Maredsous depuis plus d'un siècle.

Comment concevoir le "minerval modulé" ?

Pour éviter le malaise qui pourrait naître dans l'esprit des parents ("je paie trop pour les autres" ou "les autres paient trop pour moi"), nous proposons de distinguer "Internat vital" et "Internat plus".

Internat vital

L'internat vital c'est assurer chauffage, nourriture, entretien, surveillance, encadrement, etc., bref tout ce qu’il faut pour que l’internat fonctionne "normalement". Pour couvrir les frais de cet internat vital, le coût par élève est actuellement d'environ 430 euros par mois. Tous les parents acquittent ce montant.  Il reste cependant que dans des cas particuliers, après examen, une réduction peut être envisagée.

L'internat vital ainsi calculé ne donnerait accès qu'à une structure d'encadrement bien trop minimaliste pour être à la hauteur de ce que les jeunes et les parents sont en droit d'attendre d'un établissement comme le nôtre.

Internat plus

En effet, notre internat est une institution d'éducation.  S'il faut un surveillant pendant l'étude, il faut aussi un éducateur disponible pour écouter le jeune en difficulté, pour organiser des activités sportives ou culturelles, pour mettre en place les grands rituels qui ponctuent une vie en internat durant une année scolaire, etc.

Donc quand nous disons "internat plus", nous visons tout ce que fait la particularité de l'internat de Maredsous, sa spécificité humaniste et personnaliste.  Assurer ce "plus" coûte également.  Nous proposons de moduler cette somme selon le quotient familial.  Il s'agit du montant global des revenus des parents divisé par le nombre de personnes à charge.

Ainsi d'une part, tous les parents paient un même montant pour assurer le fonctionnement minimum du Collège ("internat vital"); d'autre part, une majorité de parents participe selon le quotient familial au plan éducatif de l'école ("internat plus").

Chacun doit se le dire : en participant à ce système, il paie pour son enfant mais aussi pour le milieu éducatif dans lequel celui-ci va grandir et évoluer avec d'autres enfants, ses compagnons, qui n'ont pas nécessairement les mêmes possibilités financières.

Actuellement, le coût moyen réel par enfant est supérieur à 550 euros par mois.  Sans une déclaration honnête de chacun et une solidarité entre les parents il est impossible de garantir un internat de qualité.

En guise de conclusion

Le "minerval modulé" nous semble une solution adaptée pour le Collège d'aujourd'hui, et cela pour trois motifs :

1. Il permet de faire de l'internat un modèle de société où tous peuvent s'inscrire s'ils partagent notre idéal d'éducation et d'enseignement.

2. Il permet d'assurer à l'institution une qualité d'accueil, tant sur le plan matériel que pédagogique et éducatif.

3. Il permet d'établir une solidarité entre parents où tous contribuent au minimum vital de l'internat; où tous contribuent selon leurs moyen au "plus" qu'apporte l'internat à l'éducation de leur enfant et cela selon des critères aussi objectifs que possible, le prix de la pension étant adapté aux ressources des familles.

Derrière cette manière d'appréhender le calcul du minerval, il y a des valeurs qui sont en jeu : la solidarité, le partage, la dignité et, valeur qui les résume toutes, le respect des personnes.  Respect des autres qui ne sont pas jugés en considération des moyens qu'ils ont ou qu'ils n'ont pas.  Respect de soi-même, en ne se jugeant pas en considération des moyens qu'on a ou qu'on n'a pas.  C'est un grand principe bénédictin : "Respecter tous les hommes" (Règle de Saint-Benoît ch. 4, v. 8).

Evidemment ce système ne peut fonctionner que dans la mesure où chacun déclare correctement son quotient familial.

Nous pensons nous fier aux déclarations qui seront analysées par notre responsable financier.  Son devoir est la plus parfaite discrétion.  Son pouvoir est de demander des justificatifs lorsque des déclarations apparaîtraient irréelles.

Nous plaçons notre confiance dans ce système qui nous semble aujourd'hui correspondre le mieux à une certaine équité inspirée à la fois par l'évangile et par la fraternité humaine.

Il va de soi que la déclaration de catégorie est strictement confidentielle, réservée au responsable de la comptabilité centrale de Maredsous.  Personne, ni élève, ni éducateur, ni professeur ne peut connaître la catégorie.

 


© Abbaye de Maredsous 2007 | Designed by Streamsys